A la recherche de Gil Scott-Heron
EAN13
9791037507464
Éditeur
Les Arènes
Date de publication
Collection
A la recherche de Gil Scott-Heron
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

A la recherche de Gil Scott-Heron

Les Arènes

A la recherche de Gil Scott-Heron

Indisponible

Autre version disponible

27 mai 2011, Gil Scott-Heron vient de mourir Juillet 2000 : Thomas Mauceri
part aux États-Unis pour y poursuivre son cursus universitaire de cinéma. Là-
bas, ils sont quelques étudiants noirs au milieu de 10 000 élèves. L’Amérique
vit au rythme de la campagne entre Al Gore et G.W. Bush. Les semaines passent
et les deux candidats n’arrivent pas à se départager. On recompte les voix en
Floride. Douche froide, Bush est élu. Thomas découvre alors pour la première
fois Gil Scott-Heron et son fameux morceau prémonitoire « The Revolution will
not be televised ». C’est une révélation : Thomas fera un documentaire sur
Gil. 27 mai 2011, il se rend à New York pour y rencontrer enfin le chanteur.
Mais ce dernier, hospitalisé, vient de mourir… Icône de la musique noire
outre-Atlantique, défenseur de la cause noire et des laissés-pour-compte du
rêve américain Natif de Chicago, Gil se fait connaître à partir des années
1960-1970 comme poète, romancier et musicien. En 1969, à 20 ans, il publie son
premier roman, Le Vautour. Il enregistre son premier 33-tours l’année
suivante, une diatribe contre le monde des médias. En 1971, il sort « The
Revolution will not be televised », son premier grand succès. En 1974, « The
Bottle » devient un tube : cette chanson raconte les ravages de l’alcool dans
les ghettos. Pendant les années 1980, Scott- Heron attaque souvent Reagan et
sa politique conservatrice. En 1980-1981, il rejoint Stevie Wonder dans une
tournée qui milite pour faire du 15 janvier, date de l’anniversaire de Martin
Luther King, un jour férié. Il enregistre son quinzième et dernier album en
2010. Pour beaucoup, il est considéré comme le parrain du rap. Les démons de
Gil Scott-Heron Gil a passé toute sa vie à défendre la cause des Noirs a
méricains, à dénoncer la ghettoïsation et les ravages de l’alcool et de la
drogue. Mais il y a aussi une face sombre chez le musicien. Il a eu plusieurs
périodes d’addiction à la drogue, cocaïne puis crack.
S'identifier pour envoyer des commentaires.